Sélectionner une page

Référence en termes de voiture de luxe et de prestige, la marque à l’étoile à trois branches qui a fêté cette année ces 120 ans arrive à réinventer l’automobile par sa stratégie alliant la tradition et le progrès. Zoom sur ses principaux avantages et surtout la popularité de cette marque si prestigieuse.

Historique de la marque

Fondée en 1926 par trois constructeurs, la marque à l’étoile a commencé par se lancer dans la production de voitures de tourisme. Utilisant dès sa création des préfixes pour désigner les modèles (W pour Wagen ou voiture en français et L pour lastwagen ou camion), c’est après la seconde guerre mondiale que les premiers modèles de luxe font leur apparition.

C’est en 2015 que la marque revoit la désignation de ses modèles :

  • en les articulant par classe (A, B, C, E et S ) pour les véhicules contemporains, une série pour les véhicules des années 70 à 90 ou encore une carrosserie spécifique pour les voitures des années 50 et 60;
  • avec ensuite un nom de code définit par une lettre – correspondant à la carrosserie de la voiture (berline, cabriolet, etc.) – et un numéro – correspondant aux premiers chiffres du numéro de châssis ;
  • l’utilisation des lettres M pour les voitures à essence et OM pour les diesels ;
  • une finition sur les portières avant des voitures récentes
  • un très beau design qui n’a rien à envier à ses concurrents ;

Un modèle combinant les particularités des modèles précédents

Issu de la gamme de la classe C regroupant les berline, break, coupé et cabriolet, le clc a été commercialisé de 2008 à 2011. Avec 320 000 exemplaires vendus dans le monde, les économies réalisées par Mercedes en termes de recherches et développement et pour la fabrication au Brésil a permis à la marque de proposer un modèle de luxe abordable.

Ce modèle unique a perpétué une tradition de coupés en conservant l’air de puissance de son prédécesseur mais avec une esthétique améliorée. Avec un toit vitré, des feux arrière reprenant le style de la classe B, calandre à trois lames. Et comme pour tout coupé, l’accès à l’arrière est un peu difficile mais le confort des passagers reste néanmoins garanti.

Pour ce qui est de la sécurité, les dispositions conformes aux standards de la marque ont évidemment été prises. Avec notamment la direction paramétrique, les barres anti-roulis à l’avant et à l’arrière, l’ABS ou encore l’aide au freinage d’urgence. Ces dispositifs fluidifient la circulation.

La conduite d’une Mercedes classe CLC

Disponible en boîte de vitesse manuelle à 6 vitesses ou automatique à 7 rapports. En ce qui concerne la motorisation, elle est la même que sur le C coupé sport :

  • essence (CLC 160, CLC 180 Kompressor, CLC 200 Kompressor, CLC 250 et CLC 350) ;
  • diesel (CLC 200 CDI et CLC 220 CDI).

Offrant un parfait dosage entre confort et dynamisme, elle est agréable à conduire tant à la ville que sur autoroute. Sa direction paramétrique lui confère une certaine agilité dans les virages.

Ce qui séduit avec la CLC

Que ce soit en ville ou pour partir en voyage, le plaisir de la conduite a été relevé par de nombreux utilisateurs satisfaits. Le côté sportif ainsi que la possibilité de changer de style de conduite (passer d’économie à sport) séduit les propriétaires.

Par ailleurs, le confort routier ainsi que la fiabilité garantie par la marque renforcent leur sentiment de sécurité au volant de leur voiture.

De plus, l’équipement proposé plutôt haut de comprend :

  • un volant à trois branches et multifonctions ;
  • six airbags ;
  • l’allumage automatique des phares ;
  • les vitres électriques ;
  • le régulateur de vitesse ;

La CLC en quelques chiffres

Pour sa version 220 CDI, la voiture dispose d’une garantie pièces et main d’œuvre de 24 mois. Elle mesure :

  • 4450 mm de longueur
  • 1720 mm de largeur
  • 1400 mm de hauteur

Et dispose d’un volume de coffre allant de 310L à 1100L.

Une motorisation variant de 4 cylindres pour 122 ch à 6 cylindres en V pour 272 ch, sa vitesse maximale peut atteindre les 240km/h.