Sélectionner une page

La London Taxi Company mettra officiellement un terme à la production de son taxi noir emblématique, qui a transporté des centaines de millions de passagers à Londres et dans plus de 40 pays du monde entier au cours des dix dernières années.

L’image du taxi noir est aussi typiquement britannique que celle des Chambres du Parlement, du drapeau de l’Union ou de Big Ben, et pour un nombre incalculable de touristes, le taxi noir est la première chose qui les accueille à leur arrivée au Royaume-Uni et la dernière qu’ils verront avant de repartir. Retrouvez d’autres informations dans cet article.

C’est aussi l’un des véhicules les plus prolifiques au monde pour le cinéma et la télévision. Le modèle actuel TX4 aurait joué dans plus de 5 000 films, avec des génériques comme ceux des films de James Bond, Doctor Who et Sherlock Holmes.

Il y aura bien sûr un remplacement de la cabine noire, mais elle sera très différente de la voiture qui l’a précédée. Alors que le modèle actuel est une voiture diesel et conçue pour évoquer des images de l’aspect classique du taxi noir, le prochain sera un hybride et abandonnera en grande partie l’aspect rétro au profit d’un look plus récent et plus moderne.

Mais d’où vient le taxi londonien, comment est-il devenu si emblématique et pourquoi les taxis londoniens sont-ils généralement noirs ? Eh bien, croyez-le ou non, les taxis sont présents à Londres sous une forme ou une autre depuis plus de 300 ans…

Les premiers taxis londoniens

À l’origine, les taxis étaient appelés « hackneys », un terme qui vient du mot normand français « hacquenée » qui désigne un cheval que l’on pouvait louer, et le terme persiste même si de nombreuses personnes appellent encore les taxis noirs traditionnels « hackney cabs ».

Les hackney cabs sont apparus dans les rues de Londres au milieu des années 1600, sous le règne de la reine Elizabeth I. À l’époque, l’achat et l’entretien d’un carrosse et de l’équipe de chevaux nécessaire pour le tirer constituaient une dépense considérable, et pour compenser le coût, de nombreux propriétaires de carrosse fortunés les louaient à des membres de la noblesse pour qu’ils les utilisent.

Au fur et à mesure que les carrosses vieillissaient et étaient remplacés par les propriétaires, les modèles d’occasion étaient souvent achetés par des aubergistes et des marchands moins aisés, qui les utilisaient pour transporter des clients et des mécènes moyennant un certain coût. Malheureusement, ces premiers taxis ont rapidement acquis une réputation de prix excessifs et de mauvaise qualité – une critique que de nombreux chauffeurs de taxi d’aujourd’hui seront probablement encore habitués à entendre.

Pour y remédier, la première station de taxis officiellement organisée a été créée en 1634 par le capitaine John Baily, qui avait servi en mer pendant de nombreuses années comme membre de l’équipage des expéditions de Sir Walter Raleigh vers le Nouveau Monde. Baily a mis quatre voitures au travail sur le Strand et a ordonné aux cochers de porter un uniforme spécifique et de facturer des prix fixes pour chaque voyage.

D’autres futurs propriétaires de taxis se sont rapidement ralliés à l’idée de Baily et, au cours des deux décennies suivantes, le nombre de services de taxi dans la capitale a explosé. Cependant, peu d’entre eux semblaient aspirer aux normes élevées de Baily et le Parlement a donc adopté le premier projet de loi de réglementation des taxis en 1654, l' »Ordonnance pour la réglementation des cochers de Londres et des lieux adjacents », en réponse aux « désagréments » et à l' »irrégularité » des chauffeurs de cars dans le centre de Londres.

Dans les années 1760, il y avait plus de mille taxis autorisés dans les rues et les autocars ont reçu le surnom de « hackney hell-carts » pour le comportement erratique de leurs conducteurs et la qualité souvent médiocre des autocars eux-mêmes.

Cependant, des progrès technologiques ont été réalisés avec l’introduction de la voiture à deux roues « cabriolet » de France – un terme qui est encore utilisé aujourd’hui pour décrire les voitures avec toit convertible – au début des années 1800. Les cabriolets, et plus tard les voitures à bras, avaient l’avantage d’être plus rapides et plus agiles que les anciennes voitures à quatre roues, tout en pouvant être tirées par un seul cheval pour réduire les embouteillages.

Taxis électriques

Les premiers taxis motorisés ont été introduits à Londres en 1897, et croyez-le ou non, les tout premiers taxis motorisés étaient en fait électriques. Surnommés les « Berseys » d’après leur concepteur Walter C. Bersey, cinquante de ces taxis électriques ont été mis en service dans la ville au cours de l’année, mais ils se sont révélés trop coûteux et trop peu fiables et ont été retirés des rues en 1900.

Les premiers taxis à essence de Londres, importés de France, ont été mis en service trois ans plus tard. Les compagnies de taxis avaient déjà tenté d’importer le modèle Ford B d’Amérique, mais elles ont échoué en raison des dépenses énormes, bien que d’autres premiers taxis de l’époque aient été construits par des sociétés britanniques comme Rational, Herald et Vauxhall.

Ces voitures sont officiellement devenues des taxis vers 1906, lorsque l’installation de taximètres pour afficher les tarifs a été rendue obligatoire, tandis que le fameux petit cercle de braquage du taxi londonien a été introduit dans le cadre des règlements des « Conditions d’aptitude » du Public Carriage Office en 1906, qui stipulait que tous les taxis devaient avoir un cercle de braquage de 25 pieds au maximum.

Au cours des deux années suivantes, la popularité du taxi a explosé, bien qu’il ait frôlé la ruine à plusieurs reprises, d’abord à la suite de l’action industrielle des chauffeurs de taxi en 1911, puis des pénuries de carburant en 1913 et enfin du déclenchement de la Première et de la Seconde Guerre mondiale.

Les jeunes hommes qui étaient suffisamment aptes à conduire des taxis pour gagner leur vie ont été jugés suffisamment aptes à se battre pour leur pays et la majorité des chauffeurs ont donc été appelés à servir dans l’armée, tandis que la production des véhicules eux-mêmes s’est arrêtée, les usines de tout le pays ayant été converties pour produire des munitions.

Cependant, dans les années de l’entre-deux-guerres, le métier a de nouveau gagné en popularité, avec la construction du premier taxi d’Austin en 1929. Basé sur l’Austin 12/4, il est devenu le taxi le plus populaire à ce jour et Austin a continué à produire le FX3 en 1948.

Pourquoi les taxis sont-ils noirs ?

Le FX3 a été construit par Carbodies à Coventry et est devenu la première version de ce que nous connaissons aujourd’hui comme le taxi londonien « classique » avec sa silhouette caractéristique et le panneau orange sur le toit, qui indiquait à l’origine « For Hire » (à louer). À l’origine, les FX3 étaient équipés de moteurs à essence, mais cela s’est avéré trop peu économique pour les chauffeurs de taxi qui parcourent de longs trajets et, en 1954, Austin l’a donc remplacé par un diesel.

En plus de donner le ton pour les proportions générales de tous les taxis noirs depuis, l’Austin FX3 est aussi la raison pour laquelle tous les taxis londoniens ont tendance à être de couleur noire. Jusqu’en 1948, les taxis étaient produits dans toutes sortes de couleurs différentes, mais le FX3 était produit en noir en série, les acheteurs devant payer un supplément pour les couleurs spéciales.

Pour les propriétaires de flottes, qui achetaient généralement un grand nombre de véhicules, le coût supplémentaire s’est avéré être une dépense trop importante et la grande majorité des FX3 en circulation ont donc simplement été laissés en noir d’usine. De nos jours, il n’est pas rare que les taxis soient disponibles dans toutes sortes de couleurs et de livrées, mais on les appelle toujours sans équivoque « taxis noirs ».

En 1958, le design du FX3 a évolué pour devenir le FX4, qui sert toujours de base aux modèles TX4 modernes. Probablement le plus célèbre de tous les taxis londoniens, le FX4 s’est avéré si populaire qu’il est resté en production pendant près de 40 ans, et il n’est pas rare de voir encore aujourd’hui des FX4 originaux sur les routes.

Parmi les autres taxis de l’époque figurait le Metrocab, lancé en 1987 et produit sous licence par quatre propriétaires différents pendant une période de 20 ans, bien que ce soient les modèles basés sur les FX3 et FX4 originaux qui se soient avérés les plus populaires et les plus durables.

Carbodies, la société qui a construit le FX3, le FX4 et les modèles qui lui ont succédé, a fusionné avec la société London Taxis International (LTI) et, depuis 2010, a été rebaptisée London Taxi Company (LTC), qui construit toujours les taxis à Coventry.

Au cours des six dernières décennies, plus de 130 000 taxis noirs ont été fabriqués sur le site de Coventry, et entre 2 000 et 2 500 sont construits chaque année. Environ deux tiers des voitures produites vont directement à Londres via une concession d’Islington, tandis que le reste est envoyé dans d’autres villes du Royaume-Uni ou sur des marchés étrangers désireux de profiter de l’aspect évocateur du taxi londonien.

L’avenir du taxi noir

Malheureusement, la production du TX4 à Coventry s’arrêtera au début du mois prochain, mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle pour le taxi noir. L’année dernière, la société mère de LTC, Geely, a investi près de 300 millions de livres sterling dans une nouvelle usine située à huit kilomètres de l’usine d’origine pour construire la suite du TX4, qui s’appellera, semble-t-il, le TX5.

Alimenté par un moteur électrique en conjonction avec un petit moteur à essence Volvo, le TX5 hybride pourra accueillir six passagers, sera entièrement compatible avec les fauteuils roulants et pourra voyager sur la seule énergie électrique sur plus de 70 miles. Certes, il semble bien loin de ses prédécesseurs, mais étant donné que les premiers taxis londoniens motorisés étaient des voitures électriques, ce n’est peut-être pas si loin après tout.