Sélectionner une page

Effectuer une location voiture sans permis est une pratique très courante, surtout dans les zones loin des grandes villes. Certes, c’est le meilleur moyen de se déplacer si l’on n’est pas titulaire d’un permis. Cependant, cette pratique présente également des inconvénients qui sont importants à connaitre. Découvrez dans notre article les avantages et les inconvénients de la location voiturette.

Une voiture sans permis : De quel véhicule s’agit-il ?

En général, une voiture sans permis, est une voiture de petite taille dite « minivoiture » ou « microvoiture ». C’est une voiturette aux performances réduites avec une limite de vitesse ne pouvant pas excéder les 45 Km/h. N’espérez pas faire des folies avec !

Ne possédant pas de banquette arrière, la voiture ne peut transporter que deux individus au maximum, avec un petit coffre. Ce type de véhicule n’est muni que d’une pédale d’accélération et d’une autre pédale de freinage, ne possédant donc pas de levier de vitesse. Ces voitures sont interdites en autoroute de par leurs performances limitées.

Du coté design, les voitures sans permis ont un esthétisme soigné avec des technologies de pointes telles qu’une voiture classique comme un système de climatisation ou un radar de recul, etc.

Louer une voiture sans permis : Une panoplie d’avantages

Faire une location voiture sans permis présente un grand nombre d’avantages :

  • Une location destinée à toute personne ayant 16ans et plus ;
  • Un entrainement pour un candidat devant passer un examen de conduite pour faire une révision de ses compétences en situations réelles ;
  • Une consommation en carburant moindre, comparé aux voitures classiques permettant de faire plusieurs kilomètres sans avoir à débourser une somme importante d’argent ;
  • Une solution plus sécuritaire par rapport aux véhicules à deux roues, pouvant se faufiler facilement en circulation dense ;
  • Un gain de temps pour les trajets courts.

Louer une voiture sans permis : Inconvénients

Faire une location voiture sans permis est certes avantageux sur de nombreux points, mais étant donné les caractéristiques de la voiture et sa performance, cela présente également quelques inconvénients. Le premier inconvénient concerne le cout de location qui peut s’avérer être important dans certaines zones.

Malgré que ce soit une voiture économique, vous ne pourrez effectuer que des trajets très restreints à bord du fait de sa vitesse très limitée tout en excluant les trajets en autoroute. Si vous vous engagez à prendre des routes nationales pour des longs trajets, vous n’y perdrez que du temps précieux.

L’inconvénient pour la location de la voiturette concerne surtout son niveau de sécurité. Même si les constructeurs contribuent sans cesse à l’évolution de la fabrication de la voiturette, la carrosserie au-delà de sa légèreté reste très fragile, du fait qu’elle est conçue avec du plastique, ce qui la rend plus favorable aux dommages en cas d’accidents. D’ailleurs, c’est pour cette raison qu’il est recommandé de prendre une assurance afin de couvrir d’éventuels dommages pouvant survenir.

Ne pouvant transporter que deux personnes, la voiturette manque de place, et n’est pas adaptée pour transporter du matériel encombrant.

Location voiturette : Ce qu’il faut savoir avant de procéder

Avant de procéder à la location, n’oubliez pas d’assurer votre voiture, même s’il s’agit d’une étape obligatoire, cela vous offre une garantie en cas d’accidents ou de quelconques dommages pouvant survenir en trajet, aussi minime soit-il. Les couts de location varient souvent en fonction de la durée de location. Vous avez la possibilité de faire des locations journalières ou hebdomadaires selon votre convenance.

Le cout moyen pour la facturation par jour est aux environs de 30 euros pour la majorité des sociétés de transport, et la facturation par semaine peut varier aux environs de 200 euros. Avant de mettre à votre disposition la voiture, le service location peut demander certaines pièces justificatives telles qu’un justificatif d’identité en cours de validité, une carte de paiement au nom de la personne responsable de la location, un document justificatif de résidence daté de moins de trois mois, et d’une caution fixée par l’agence elle-même.