Sélectionner une page

Après une récente réorganisation, qui a vu la berline Equus, fleuron de la marque, se séparer et mettre en place un plan qui donnerait naissance à la division Genesis séparée peu après, le plus grand constructeur automobile sud-coréen est toujours sur la voie d’une plus grande part de marché aux États-Unis. Cette entreprise a été durement touchée en 2017, lorsque les ventes de Hyundai aux États-Unis ont chuté de 13,4 % par rapport à 2016, alors que dans le même temps, la société a perdu exactement 0,5 % de sa part de marché, qui est passée de 4,38 % en 2016 à 3,86 % en 2017 – son plus bas score depuis 2008. Les résultats sont restés pratiquement au même niveau en 2018, année où Hyundai a livré 667 634 véhicules à des clients américains. Retrouvez d’autres informations ici.

Les problèmes de Hyundai ne sont pas exclusifs au marché américain, puisque ses ventes mondiales ont également chuté, passant de 4,85 millions de véhicules en 2016 à 4,2 millions d’unités en 2017, pour se redresser en 2018, année où la société a livré environ 4,6 millions de véhicules dans le monde entier. Qu’est-ce que cela signifie pour le constructeur automobile sud-coréen à l’avenir ? Comment la gamme Hyundai 2020 se présentera-t-elle à cet égard ?

Il est encore trop tôt pour fournir une réponse précise à cette question, mais sur la base des ventes de Hyundai en 2018, une approche différente pourrait être nécessaire.

On peut probablement s’attendre à ce que le constructeur automobile coréen parvienne d’une manière ou d’une autre à inverser la tendance à la baisse de ses ventes d’ici à ce que 2020 soit derrière nous. Le tout nouveau SUV à trois rangées de sièges Palisade devrait s’avérer être un facteur majeur pour atteindre cet objectif. Dans le même temps, on s’attend à ce qu’il transforme complètement sa grande berline mais, étant donné l’importance décroissante du segment, on ne sait pas encore quelle amélioration on peut attendre de l’intermédiaire.

Il est à noter que la Sonata est en fait un des principaux responsables du déclin des ventes de la marque, car la berline intermédiaire a coûté à elle seule près de 70 000 unités aux Coréens et représente plus des deux tiers de leurs pertes totales entre 2016 et 2017. La comparaison entre 2016 et 2018 est encore pire puisque les ventes de la Sonata ont presque diminué de moitié au cours de ces deux années. Voyons enfin ce que l’avenir devrait apporter à Hyundai.

Considérez également la gamme Genesis 2020 de Hyundai comme une extension de la sélection officielle de Hyundai pour l’année fiscale 2020.

Les nouveautés de la nouvelle gamme Hyundai 2020

03. 2020 Veloster N

Les hot hatches ne sont peut-être pas aussi performantes aux États-Unis qu’à l’étranger, mais cela ne signifie pas que nous ne devons pas les obtenir. Il y a une sélection très limitée de hot hatchs ici, et avec le départ de la Ford Focus RS, les Coréens ont vu une opportunité de tirer profit de ce segment.

Entrez dans la Hyundai Veloster N – la version performante de la kammback compacte à trois portes. La Hyundai Veloster N n’est que la première des nombreuses Hyundai labellisées N qui devraient jouer un rôle important pour briser le stéréotype de la voiture utilitaire qui fait si souvent partie du lot des voitures asiatiques. C’est aussi sans doute la Hyundai la plus maniable de tous les temps grâce à la mise au point spéciale de son châssis.

Pourtant, la Veloster N ne concurrence pas les plus puissantes voitures à hayon du marché comme la Honda Civic Type R par exemple, mais s’interpose entre elles et leurs sœurs un peu plus domptées. Elle ne coûte pas non plus autant, les prix officiels étant inférieurs à 28 000 euros.

La Hyundai Veloster N est équipée d’un moteur 4 cylindres turbo de 2,0 litres fortement modifié, qui développe 250 chevaux en version classique ou 275 chevaux en version performance.

En plus d’augmenter la puissance de 25 chevaux, le Pack Performance ajoute environ 2 000 euros au prix final. Il n’y a qu’une seule boîte de vitesses disponible pour le modèle, et sans surprise, il s’agit d’une boîte manuelle à 6 rapports qui achemine toute la puissance disponible vers l’avant via un différentiel à glissement limité. Cela pourrait bientôt changer car Hyundai envisage apparemment d’ajouter une transmission à double embrayage à 7 vitesses en option.

Bien qu’elle n’ait pas le mordant et les deux portes supplémentaires des Honda Civic Type R et Volkswagen Golf R, qui sont les meilleures de leur catégorie, la Hyundai Veloster N est nettement moins chère que ces deux modèles. Elle est presque 10 000 euros moins chère dans sa version normale, mais cela signifie également que la version coréenne n’offrira pas le même niveau de raffinement et de fonctionnalité que ses concurrentes plus chères.

02. 2020 Kona

Ce crossover sous-compact abordable est l’une des dernières offres de la marque sud-coréenne et s’est déjà imposé comme l’un des meilleurs véhicules de sa catégorie. De plus, la gamme conventionnelle a été élargie avec une version EV abordable de la voiture pour l’année modèle 2020. Cela permet d’offrir un haut niveau de polyvalence à un crossover déjà performant avec de nombreux avantages.

Le Kona est un modèle élégant et raffiné, doté de nombreux dispositifs de sécurité et de l’un des meilleurs systèmes d’info-divertissement de sa catégorie. Cependant, il n’est pas à la hauteur en termes de volume de chargement et n’est pas non plus exactement la voiture la plus agréable à conduire de sa catégorie.

Pourtant, dans l’ensemble, Kona mérite vraiment d’être pris en considération si vous avez besoin d’un crossover de ville agile qui démarre à moins de 20 000 €. Le modèle Kona Ultimate ne coûte pas plus de 27 000 euros, et le nouveau modèle entièrement électrique vous coûtera environ 37 000 euros avant incitations.

La gamme Kona à combustion interne classique se compose de deux quatre en ligne économes en carburant. Le quatre de base de 2,0 litres à aspiration naturelle ne produit que 147 ch et 132 lb-pi de couple, ce qui se traduit par une accélération inférieure à la moyenne et un manque de puissance sur les autoroutes. Le quatre turbo de 1,6 L en option, réservé aux garnitures supérieures, corrige le plus gros problème du moteur de base en fournissant 175 chevaux. De plus, il le fait sans sacrifier l’économie de carburant, ce qui fait du Kona Limited à traction avant (le modèle le moins cher avec le moteur turbo), d’une valeur de 25 000 €, le meilleur achat de notre histoire.

Le nouveau Kona EV est capable d’offrir une autonomie de 415 km à pleine charge grâce à un bloc de batteries lithium-ion de 64 kWh. La puissance totale du système s’élève à 201 chevaux et 290 lb-pi de torsion grâce à un gros moteur électrique entraînant les roues avant. Hyundai propose également une version de la voiture avec un bloc de batteries de 36 kWh qui pourra fournir jusqu’à 300 km d’autonomie.

01. 2020 Ioniq

Le liftback compact n’est peut-être pas le premier choix d’un acheteur moyen, comme le montrent les 15 000 unités vendues en 2018, mais c’est l’un des modèles les plus écologiques du marché et il est devenu encore meilleur après le récent lifting de mi-mandat.

La Hyundai Ioniq 2020 arbore désormais une nouvelle grille de calandre en maille, flanquée de nouveaux phares et de phares antibrouillard modernisés. Des changements similaires ont été effectués à l’arrière, mais la forme générale reste pratiquement intacte. Néanmoins, tout changement est le bienvenu après trois ans de commercialisation, surtout si l’on considère que sa principale rivale, la Toyota Prius, qui définit le segment et a été primée, a elle aussi fait l’objet d’une révision complète.

L’Ioniq est disponible en version hybride, hybride rechargeable et entièrement électrique, cette dernière recevant une augmentation considérable de son autonomie globale pour l’année modèle 2020. Leurs prix restent inchangés, car même le plus cher des véhicules électriques Ioniq ne franchira pas la barre des 30 000 euros.

L’Ioniq EV mentionné ci-dessus n’offrait auparavant qu’une autonomie de 200 km grâce à un petit bloc de batteries de 28 kWh. Le Hyundai Ioniq EV 2020 est maintenant équipé d’un bloc-batterie plus grand de 38,3 kWh qui lui permet de parcourir jusqu’à 250 km en une seule charge.

Les Ioniq hybrides et hybrides rechargeables, en revanche, conservent les caractéristiques de leur groupe motopropulseur. Leur moteur 4 cylindres de 1,6 L et leur moteur électrique génèrent une puissance totale de 139 chevaux. Le premier est équipé d’une batterie de 1,56 kWh, tandis que le second dispose d’une batterie de 8,9 kWh et offre une autonomie de 50 km miles en mode électrique uniquement.

Ce qui n’est pas dans la nouvelle gamme Hyundai 2020

02. 2020 Tucson

Le crossover compact n’a reçu que récemment son lifting de milieu de cycle, mais le fait que les modèles de troisième génération soient issus de 2015 ne joue pas en sa faveur. Le Hyundai Tucson est en concurrence sur le segment le plus difficile du marché américain, où les erreurs sont inacceptables et où les inconvénients sont facilement exploitables par de nombreux concurrents.

Malgré un espace de chargement inférieur à celui de certains de ses rivaux, des notes d’économie de carburant plus faibles et des matériaux d’habitacle de qualité inférieure dans les garnitures de base, le Tucson passe encore pour un crossover compact de qualité, dont les principaux atouts sont une conduite raffinée et une garantie généreuse. Les ventes du Tucson ont plus que doublé par rapport aux modèles de la génération précédente, mais avec environ 140 000 unités par an (record de 2018), il est encore loin d’être le leader de sa catégorie.

On ne peut pas s’attendre à une amélioration significative avant une vaste révision qui aura probablement lieu en 2021, mais une amélioration est néanmoins attendue. Après tout, l’engouement pour les SUV ne montre aucun signe d’arrêt. Le Tucson pour l’année 2020 conserve son niveau de prix actuel, qui se situe entre 23 500 et 32 000 euros. Cependant, il reçoit une toute nouvelle palette de couleurs extérieures.

Le plus gros problème avec la troisième génération de Tucson est probablement le fait que deux versions d’entrée de gamme utilisent encore une combinaison dépassée d’un moteur 4 cylindres de 2,0 litres et d’une transmission automatique à 6 vitesses. La configuration produit 161 ch et 150 lb-pi de force de rotation et peut être couplée à la traction avant d’usine ou à la transmission intégrale en option.

Le reste de la gamme Tucson utilise un moteur à quatre cylindres en ligne à aspiration naturelle de 2,4 litres, légèrement plus puissant, qui développe 181 chevaux et 175 livres-pieds de couple. Il est également couplé à une voiture à 6 vitesses.

Quel que soit le moteur choisi, la consommation de carburant reste largement inchangée. Le plus petit moteur produit jusqu’à 26 mi/gal en traction avant ou jusqu’à 23 mi/gal en traction intégrale. Le plus gros moteur est pénalisé d’un seul point s’il est équipé d’une traction avant, alors que les chiffres restants restent les mêmes. Le Tucson de la prochaine génération corrigera certainement la plupart des problèmes du modèle actuel, mais il faudra attendre au moins un an de plus pour qu’il arrive.

01. L’Elantra 2020

L’Elantra est en concurrence avec un certain nombre de berlines compactes et de berlines à hayon (Elantra GT) avec une meilleure fiabilité, un meilleur rapport qualité-prix et une meilleure qualité. La voiture compacte a récemment subi un lifting de milieu de cycle, mais comme la Tucson précitée, elle date de la fin 2015. Cela signifie qu’elle commence déjà à montrer son âge et à prendre du retard sur la concurrence dans certains segments cruciaux.

Pour commencer, sa garniture de base est extrêmement stérile bien qu’elle démarre à environ 19 000 euros, ce qui corrige quelque peu le problème. En revanche, le modèle Sport, qui est le plus haut de gamme, coûte 24 000 euros. Le choix d’un niveau de finition plus élevé contribue largement à faire de l’Elantra une voiture plus contemporaine et mieux équipée, mais cela n’a pas encore suffi à arrêter l’hémorragie, du point de vue des ventes. La GT à hayon élève ce niveau à un autre niveau, mais elle est aussi proposée à un prix plus élevé qui dépasse facilement la barre des 25 000 euros avant les extras.

La Hyundai Elantra GT est également le choix des passionnés en matière de moteurs. Disponible avec un quatre cylindres en ligne à aspiration naturelle de 2,0 litres développant 161 chevaux ou un quatre cylindres turbo de 1,6 litre développant 201 chevaux, elle bat tout ce que ses homologues berlines ont à offrir. En parlant de cela, le 4 cylindres 2,0L de base ne fait que 147 poneys en berline. Le seul autre choix est un quatre cylindres turbo de 1,4 litre, très économe en carburant, qui permet d’atteindre le nombre insuffisant de 128 chevaux.

Les choix de transmission ont été complètement révisés pour 2020, ce qui est une bonne chose. Cependant, au lieu d’une voiture à 6 vitesses, la plupart des modèles Elantra sont désormais équipés d’une boîte de vitesses CVT à économie de carburant qui fait gagner 2 points (3 sur l’autoroute). La seule autre option est maintenant un double embrayage à 7 vitesses qui a migré de la version Eco à la version Sport.

La Hyundai Elantra GT semble aller dans la bonne direction, mais il reste encore beaucoup à faire avant que l’Elantra ne devienne compétitive.